21 mai 2020
Partager l'article :

Un lait plus transparent qui rémunère mieux

Pour retrouver de la valeur ajoutée sur le lait, des éleveurs vendéens ont fait le pari de la transparence avec le consommateur. Pour légitimer leur démarche, ils ont fait appel à la Start-Up Connecting Food.
Par Paul Renaud, Publié il y a 4 mois à 06h05
@JusteEtVendéen

1 million de litre de lait, en bouteille, vendu en un an et demi ! C’est le bilan encourageant de la marque Juste & Vendéen lancée par des éleveurs du département lors de l’été 2018. « Nous sommes 80 producteurs-ambasseurs engagés dans la démarché dont 67 éleveurs laitiers » énumère Guillaume Voineau, l’un des architectes du projet et lui-même éleveur sur la commune de Beaufou.

La particularité de ce lait repose d’une part sur l’assurance de sa production en Vendée, mais également sur la transparence proposée aux consommateurs. Ces derniers peuvent identifier les éleveurs qui ont contribué à la collecte dont est issue la bouteille qu’ils ont en main.

En contrepartie, le prix du litre de lait, 98cts/l, assure une rémunération de 45 cts/l aux éleveurs. « En 2019, nous avons redistribué environ 90 000€, soit environ 1 300 €/producteurs » se félicite Guillaume Voineau. Cette somme collectée correspond à la différence entre les 36 cts/l payés classiquement lors de la collecte des éleveurs et l’objectif des 45 cts/l de rémunération.

Valoriser la transparence

Là où la démarche Juste & Vendéen se démarque d’autres initiatives similaires dans le secteur laitier, c’est qu’elle n’impose pas de contraintes, types durée de pâturage ou alimentation sans OGM aux éleveurs. « L’idée était déjà de valoriser ce que nous faisions sur nos exploitations. Avec le recul, on se rend compte que nous avons sous-estimé la valeur de la transparence » analyse l’éleveur.

Pour que ce contrat de confiance passé avec le consommateur soit respecté et éviter toutes suspicions de triche, les fondateurs ont décidé de faire appel à un acteur tiers. Ce garant de la provenance du lait s’appelle Connecting Food. Il s’agit d’une Start-Up de l’AgTech, spécialisée dans le domaine de la blockchain. « Nous sommes une plateforme de traçabilité. Tout au long de la chaîne de production, nous réalisons un audit digital avec les données qui nous sont remontées de manière automatisée depuis la collecte du lait jusqu’à la mise en bouteille.

Ce qui est important, c’est qu’aucun des acteurs ne peut pas changer une information sur la plateforme sans que les autres parties prenantes donnent leur validation » explique Coline Laurent, chargée de communication et marketing au sein de l’entreprise. Grâce à cet audit, Connecting Food vérifie si les données sont bien en accord avec le cahier des charges de la démarche. Il s’agit en l’occurrence de vérifier que le lait soit produit en Vendée. Mais d’autres démarches peuvent inclure des critères plus nombreux. « Sur la filière foie gras du Sud-Ouest, nous vérifions que l’IGP est respectée, mais également que l’alimentation est sans OGM » détaille-t-elle.

Bien plus qu’un enjeu de rémunération

Pour les éleveurs Juste &Vendéen, l’audit digital de Connecting Food n’impose aucune contrainte supplémentaire. Les données existent déjà pour répondre aux exigences sanitaires et sont envoyées sur la plateforme de traçabilité par la coopérative d’Herbauges qui collecte, puis par l’industriel LSDH qui l’embouteille.

Mais chaque ambassadeur-producteur de la marque s’engage quand même à réaliser des actions de communication dans les grandes surfaces, les écoles ou sur les réseaux sociaux. « Dans un contexte d’agribashing, Juste et Vendéen nous permet d’être fiers de ce qu’on fait et d’aller en parler aux consommateurs » affirme Guillaume Voineau. Selon lui, cette aventure commerciale mais aussi humaine a permis aux éleveurs qui y ont pris part de comprendre les enjeux et fonctionnements de la filière.

Avis de la rédaction #3VA :
« transparence », « contrat de confiance », volumes et prix créateurs de valeur, qui redonnent fierté et revenu aux « producteurs-ambassadeurs » sans leurs imposer de contraintes sur les moyens de production : cette démarche est un superbe exemple de 3ème voie de l’agriculture !