06 avril 2020
Partager l'article :

Prairies : comment s’adapter à des mises à l’herbe retardées

Du fait des pluies, les éleveurs ont décalé la mise à l'herbe, compliquant une situation où les stocks étaient déjà tendus. En revanche, la pousse et la qualité semblent au rendez-vous. Gestion des fauches, et transition alimentaire : le point avec un éleveur de Loire-Atlantique et son conseiller à la Chambre d'agriculture.
Par R. S.A., Publié il y a 1 an à 07h04
Chez Samuel Retiere, en Loire-Atlantique, la mise à l'herbe a pris un mois de retard cette année.

« Il n’y a pas vraiment eu d’hiver », résume Jean-Luc Gayet, expert prairies à la Chambre d’agriculture des Pays de Loire. Les derniers mois ont été marqués par des températures relativement douces, et une pluviométrie conséquente. Résultat, l’herbe a bien poussé, mais impossible pour les éleveurs de sortir les animaux. « En moyenne, il y a plus d’un mois de retard sur la mise à l’herbe. Avec les stocks qui baissaient dans les fermes, c’était tentant de les mettre dehors, rapporte Jean-Luc Gayet. Certains ont pu le faire, mais je dirais que c’est moins de 10 %. Le risque, dans les parcelles insuffisamment portantes, est de perdre en qualité de broutage et d’avoir de la perte sur pied. Je conseille plutôt, dans les grandes prairies notamment, d’aménager une offre journalière en avançant le fil ».

En moyenne 8,5 cm en Pays de la Loire

Le réseau de suivi de la pousse de l’herbe des Pays de la Loire(1) indiquait le 17 mars une hauteur moyenne de 8,5 cm dans les pâtures. Soit « des résultats supérieurs aux années précédentes. Seule 2017 avec une pousse précoce présentait aussi des pousses élevées mi-mars ». Jean-Luc Gayet estime qu’il y a environ 1,3 t/ha de MS. « C’est énorme », commente le conseiller. Le soleil et la hausse des températures de la deuxième quinzaine de mars permettent aux éleveurs de sortir les animaux. Côté qualité, le bilan semble positif. « Pour l’instant, les stocks sur pieds 2020 sont très bons », analyse Jean-Luc Gayet.

Le technicien anticipe, pour le début avril, une baisse probable de la croissance de l’herbe liée au vent de Nord-Est froid et desséchant. « Attention donc à ne pas trop faucher de paddocks afin de conserver 12 à 15 jours d’avance au pâturage. Veiller aussi à couper à 6 cm pour que ces parcelles débrayées regagnent le circuit pâturage dans 25-30 jours, avec une hauteur de 10/12 cm ».

Attention à la transition alimentaire

Le conseiller alerte : attention à la transition alimentaire. Pour les allaitantes, il recommande de mettre du foin ou de la paille à disposition dans la parcelle. Et pour les laitières, « il faut réduire la part de fourrages à l’auge de 25 % tous les 3 – 4 jours, et en parallèle augmenter le temps d’accès au pâturage », indique Jean-Luc Gayet. Pour les ensilages, il évoque une première coupe vers mi-avril, selon la portance des parcelles, quand elles débutent habituellement mi-mars.

👉 Semences, produits de santé du végétal, Engrais, etc… 
Retrouvez la sélection de votre coopérative et achetez tous les produits et services pour
votre exploitation pour sur Aladin.farm

L’enrubannage en solution ?

Samuel Retiere, au Gaec du Chalonge, à Petit Mars (Loire-Atlantique), produit du lait bio. Il élève 65 vaches, en majorité des Prim’Holstein, avec quelques normandes. Sur 160 ha de surface agricole, sa ferme sont compte 125 ha de prairies. « Nous avons sorti les animaux 10 jours en février, relate l’éleveur. Nous avons pu les ressortir seulement le 13 mars. Habituellement, c’est autour du 15 février ». Les animaux ont été affouragés en vert dans la stabulation. Une sortie avait été faite en décembre, sur des parcelles assez portantes, « pour économiser les stocks ». Une première coupe de nettoyage a été réalisée mi-mars, et enrubannée le 20 mars. « Normalement, on ne fait pas d’enrubannage, explique Samuel Retiere, mais là c’est de la pousse d’hiver. Elle n’est pas optimale. On attend les résultats des analyses pour connaître la qualité ».

(1)https://pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr/innovation-rd/prairie/bulletin-technique-pousse-de-lherbe/