27 juillet 2020
Partager l'article :

Moisson : les risques d’incendies se jouent dès l’hivernage de la moissonneuse-batteuse

Les incendies, lors de la moisson, sont une problématique majeure dans la plupart des régions françaises. Le phénomène actuel de réchauffement climatique et les chaleurs de plus en plus importantes durant les récoltes ne font que renforcer le risque de départ de feu. Un bon entretien du ma-tériel, dès l’hivernage, peut réduire ces risques de manières significa-tives.
Par R. S.A., Publié il y a 4 mois à 07h07

De manière paradoxale, de nombreuses actions de prévention des incendies de moisson doivent être réalisées en hiver. En effet, l’hivernage est l’occasion de vérifier le bon fonctionnement des différents roulements de la machine.

Pièces rotatives = risque d’incendie

« Que ce soit au niveau de la barre de coupe ou des poulies qui actionnent les courroies, il faut s’assurer qu’il n’y a pas trop d’usure. Les pièces rotatives nécessitent d’être bien entretenues. Il y a, en effet, un risque d’échauffement et de départ de feu » détaille Maël Giraudeau, animateur machinisme au sein de l’union des Cuma des Pays de la Loire. Il insiste également sur la vérification des systèmes de lubrification en démontant les pièces concernées ou en observant si la graisse sort au niveau des roulements. « C’est en hiver qu’il faut s’assurer que la graisse se répand bien partout. Durant la récolte, il est trop tard pour s’y intéresser » précise-t-il

Circuits électriques : attention aux rongeurs

Les circuits électriques doivent également être vérifiés en fin d’hiver sur les moissonneuses-batteuses. Si des rongeurs sont présents dans le bâtiment où sont stockées les machines, il est d’autant plus important d’effectuer ce contrôle. L’installation d’un coupe batterie peut également être une bonne solution pour assurer un hivernage en toute sécurité. « Il s’agit aussi de vérifier le fonctionnement du voyant et des sondes de températures pour être certain que le système d’alerte de surchauffe fonctionne en saison » ajoute Maël Giraudeau. Il encourage également à vérifier qu’il n’y ait pas de gaines électriques en contact avec des pièces en mouvement. Cela pourrait causer de l’usure et finalement mettre le fil électrique à nu.

Souffler sa batteuse matin et soir

Pendant la moisson, le soufflage de la machine est primordial pour éviter les accumulations de poussières et matières inflammables. En fin de journée pendant la moisson, le compresseur de l’atelier est bien évidemment l’outil le plus approprié pour ce nettoyage quotidien. Mais un soufflage en cours de journée peut également apporter une sécurité supplémentaire. « Pour l’entretien pendant le chantier, par exemple à midi, ou lorsque la machine ne rentre pas à l’atelier le soir, un souffleur à feuille peut tout à fait remplir le rôle du compresseur. Sur les machines à freinage pneumatique, une soufflette peut aussi être installée sur le compresseur » explique Maël Giraudeau.

Le soufflage permet également de faire le tour de la machine pour vérifier quotidiennement que les courroies ne soient pas détendues. Parmi les gestes d’entretiens, il faut également penser à vider le bac à pierre qui pourrait générer des étincelles par frottement une fois plein.