02 mai 2020
Partager l'article :

Les Jours Agronomiquement Disponibles, c’est quoi ?

On entend souvent dire que les charges de mécanisation des exploitations françaises sont trop importantes et qu’elles pénalisent leur rentabilité ; dans certaines exploitations, elles vont jusqu’à dépasser les charges d’exploitation. Réduire les charges de mécanisation passerait certainement par un meilleur dimensionnement du parc machines. C’est là qu’intervient le concept de Jour Agronomiquement Disponible ou JAD.
Par Namm, Publié il y a 7 mois à 09h05
ensilage de maïs récolté © Semence de France

Rappelons d’abord qu’un niveau de charges de mécanisation élevé n’est pas synonyme de rentabilité perturbée, et que viser des charges de mécanisation à l’hectare les plus faibles possible n’est pas forcément la solution pour améliorer la rentabilité d’une exploitation.

Lorsque l’on questionne des professionnels de différents pays(1) sur leurs stratégies de dimensionnement du parc machines, la réponse est souvent la même : les agriculteurs s’équipent pour pouvoir réaliser tous leurs chantiers lors d’une année dont la météo serait la plus défavorable possible. Cette gestion empirique du risque climatique, qui vise à sécuriser a priori tous les chantiers, conduit à la surmécanisation de nombreuses exploitations par la surpuissance de nombreuses machines.

Mais comment aider un exploitant à réduire ses charges de mécanisation lorsqu’il doit choisir l’épandeur et la puissance tracteur qui va avec 12 t ? 18 t ? Alors oui, on sait déterminer le coût de revient de chaque matériel, mais pour autant on ne sait pas déterminer de quel matériel on a réellement besoin.

C’est là qu’intervient le concept de Jour Agronomiquement Disponible. Le JAD est un jour où il est possible de réussir une opération sans créer de tassement, un jour où l’intervention culturale ne compromet pas le rendement futur de la culture. Pour chaque chantier de chaque culture, un JAD ne se détermine pas selon les mêmes critères :  par exemple, pour le travail du sol, il va principalement dépendre du ressuyage, tandis que pour la récolte du blé il dépend du taux d’humidité du grain.

Passons maintenant du JAD au parc machines. Le principe est le suivant : on identifie les JAD de chaque campagne pendant une période donnée sur les 20 dernières années et on recherche un nombre minimum de JAD atteint au moins 8 années sur 10. En 2017, par exemple, Arvalis calculait, que sur les 20 dernières années, le nombre de Jours Agronomiquement Disponibles pour un semis de blé en Sologne bourbonnaise entre le 20 octobre et le 30 novembre (soit 42 jours) était de 29 jours une année sur deux, 11 jours au minimum et 18 jours au moins 8 années sur 10.
L’idée est alors que l’agriculteur dimensionne son parc pour pouvoir effectuer les semis pendant les 18 jours. 2 années sur 10, son matériel sera sous dimensionné … pour cette période du 20 octobre au 30 novembre. Charge alors à l’exploitant de trouver des solutions pour ces deux années : décaler la période de semis de quelques jours, par exemple, pourrait suffire. Par contre s’il avait dimensionné son parc pour 11 JAD, il aurait clairement été dans une surmécanisation difficile à rentabiliser.

Une fois le nombre de JAD pour une période de chantier donné, en fonction de la surface à travailler, du nombre d’heures de main d’œuvre disponibles, des travaux éventuellement en concurrence, l’exploitant détermine le débit de chantier dont il a besoin. Il peut alors choisir en conséquence ses largeurs de travail et la puissance de son tracteur.

Actuellement, il existe les simulateurs J-Dispo et SIMEQ développés dans les années 1990 par Arvalis :

  • le premier détermine des JAD en fonction de données très précises sur le sol, la météo régionale, les rotations et les interventions dans la parcelle ;
  • le second, avec des JAD en données d’entrée, réalise des études de faisabilité en évaluant l’adéquation entre les ressources d’une exploitation et les besoins à couvrir.

Également l’OAD terranimo.ch, pour déterminer le risque de tassement du sol en fonction de chaque intervention. Mais aucun outil ne fait les deux simultanément et va jusqu’au conseil en dimensionnement.

Arvalis a lancé en 2019 le programme J-DISTAS, qui devrait être opérationnel courant 2022. Un outil pour prévoir le nombre de jours disponibles pour réaliser ses chantiers et éviter les tassements des sols en grandes cultures. Avec les données de sortie, qui alimenteront peut-être d’autres OAD, il deviendra possible de planifier ses chantiers, évaluer la faisabilité d’un système ou d’un changement de pratique, et, bien sûr, de raisonner l’investissement dans le parc matériel pour avoir des charges de mécanisation qui correspondent à la réalité de son exploitation. Sur le long terme, cet J-DISTAS contribuera à préserver les qualités physiques des sols et éviter les conséquences néfastes sur l’environnement lorsque les travaux agricoles sont réalisés en dehors des jours disponibles.