30 décembre 2019
Partager l'article :

Fermes leader : le living lab d’InVivo entre en deuxième saison

Diminuer l’utilisation des intrants et améliorer les conditions de travail des agriculteurs, cela va passer par l’usage massif des technologies numériques dans les exploitations. C’est pour identifier les plus efficaces parmi les plus prometteuses qu’InVivo a lancé en 2017 son living lab : les Fermes Leader. Deux ans après son lancement, un écosystème bien structuré et une première saison de tests réussie, le point de cette démarche avec Carole Rocca, directrice des Fermes Leader.
Par Namm, Publié il y a 2 ans à 08h12

Le living lab est un outil pour accompagner le déploiement du numérique sur le terrain, dans des exploitations, des territoires et des filières. Pour cela, Fermes Leader identifie les besoins des agriculteurs, quel que soit leur type de production, puis source les meilleures technologies en mesure d’y répondre. « La collaboration que nous avons installée avec les 22 coopératives partenaires du projet nous a permis de construire une bonne cartographie des besoins des agriculteurs, que l’on peut classer en cinq catégories : Produire mieux et plus précisement, gagner du temps, mieux s’organiser et réagir plus vite, travailler plus confortablement et enfin gagner en efficacité, explique Carole Rocca. Concernant les technologies, nous les sourçons à l’échelon mondial ; elles peuvent être déjà sur le marché ou bien encore en développement. »

Pour sa première saison, de septembre 2018 à juin 2019, le living lab a testé 22 technologies auprès de son réseau déjà fort d’environ 350 Fermes Leader. 40 % des technologies étaient pour les grandes cultures, 30 % pour la viticulture, 20 % pour l’élevage et 10 % pour l’arboriculture. Une répartition qui évolue en deuxième saison avec une proportion plus importante pour la viticulture et l’arboriculture.

En moyenne, chaque technologie est testée chez 10 à 15 Fermes Leader. « C’est un nombre suffisamment élevé pour obtenir une évaluation terrain précise de leur efficacité ou non et suffisamment restreint pour encourager les start-up dans la démarche, car elles doivent mettre gratuitement à disposition des agriculteurs leurs technologies, certaines pouvant dépasser les 4 000 euros. Pour garantir notre neutralité, Fermes Leader ne finance aucune start-up, précise Carole Rocca. 10 à 15 exploitations est aussi un nombre idéal pour accompagner étroitement les agriculteurs dans l’installation, la prise en main et la mise en œuvre de la technologie testée. Ce rôle d’accompagnement est très important dans notre démarche ». Par exemple, le living lab organise avec les fournisseurs des démonstrations en région à ses groupes d’agriculteurs testeurs. Ces séquences sont filmées puis mises à disposition de tous sur la plateforme collaborative des Fermes Leader.

Cette plateforme est en quelque sorte le cœur du réseau. Pour s’y inscrire, il faut être adhérent d’une coopérative membre des Fermes Leader. Chaque agriculteur peut s’y inscrire seul, mais le plus souvent, il est accompagné dans sa démarche par sa coopérative. Comme elles sont parties prenantes dans le choix des technologies testées et la cartographie des besoins des agriculteurs, elles sont les plus à même de connaître des exploitants, proactifs et en demande, chez qui les technologies sélectionnées sauront montrer tout leur potentiel, ou non.

Une fois sur la plateforme, les agriculteurs ont libre accès aux espaces dédiés à chaque technologie testée. Ils y trouvent des vidéos tournées par les entreprises ou par les agriculteurs testeurs, des podcasts, des webinars, des questionnaires, … Tous les contenus sont produits par les agriculteurs et les coopératives. La plateforme est aussi le lieu privilégié pour les échanges et les partages entre tous les membres du réseau. « Tout l’intérêt de cette plateforme, c’est que l’ensemble du réseau accède à l’ensemble des tests et témoignages. Être une Ferme Leader, c’est s’engager à tester une ou plusieurs technologies dans une démarche proactive et à en rendre compte à la communauté », précise Carole Rocca. Un dynamisme précieux entretenu par le living lab, notamment via des gratifications pour les agriculteurs les plus actifs.

Pour communiquer sur la démarche et recruter de nouvelles Fermes Leader et relever le pari de 1 000 fermes en 2025, le living lab va lancer avant le début du printemps un site public où il présentera son fonctionnement, des témoignages de membres du réseau, les technologies testées et le devenir de celles qui ont répondu aux attentes et prouvé leur efficacité. 

Un devenir qui fait actuellement l’objet de discussions entre Fermes Leader, les coopératives du comité de pilotage et les start-up. Car l’objectif des Fermes Leader est bien d’accompagner les coopératives partenaires à déployer massivement chez leurs adhérents les technologies qui auront démontré leur efficacité en matière d’améliorations techniques, de confort de travail et/ou de gains de productivité.