31 mai 2021
Partager l'article :

Désherbage maïs, quelles actualités en 2021 ?

Par Annick Launay, Publié il y a 3 semaines à 18h05
Quelles actualités 2021 en désherbage maïs ?

Qu’elle soit chimique ou mécanique, la pratique du désherbage maïs s’enrichit chaque année de nouvelles expériences et recherches. Elle doit s’adapter aussi à de nouvelles contraintes. Le point en sept étapes sur les nouveautés et les innovations qu’il faut intégrer… Et peut-être envisager.

Au Sommaire :

  • La pluie est une alliée pour le désherbage précoce
  • Sur le rang puis en plein : une option recommandée
  • Désherbage chimique et mécanique ? la stratégie mixte plus convaincante
  • Phyto : comment se passer du bromoxynil
  • Intégrer les restrictions pour le prosufluron et le S-Metolachlore
  • Intensifier la lutte préventive contre le Datura

C’est confirmé, la pluie est une alliée pour le désherbage précoce

Cette fois-ci c’est prouvé, la fenêtre stratégique pour le désherbage précoce du maïs doit anticiper une légère pluie, pour une efficience maximale de l’herbicide sur graminées comme sur dicots ! On savait l’hygrométrie favorable à l’efficacité des traitements à partir de 60%. Mais ce lien entre humidité et efficacité inclut donc aussi les précipitations, dans une certaine mesure, bien sûr ! Pas question de traiter sous la pluie, mais en amont d’un épisode pluvieux, qui assurera l’effet racinaire du produit en prélevée et en postlevée précoce. En effet, des résultats d’essais publiés par Arvalis en avril 2020 démontrent que le désherbage précoce du maïs est plus efficace contre graminées et dicots quand 10mm de pluie surviennent dans les 8-10 jours après le passage du pulvérisateur. Les matières actives des herbicides de la famille des Chloroacétamides sont mises en solution dans le premier horizon du sol, grâce à la présence d’humidité.  Ce mode d’action racinaire est ainsi un peu plus exigeant, mais très intéressant pour éviter les phénomènes de résistance des adventices.

« Sur le rang puis en plein » : une option recommandée

L’efficacité de deux passages en plein n’est plus à prouver. C’est le choix de la sécurité, mais non de la sobriété ! Ce confort a un coût plus élevé. Alors qu’une stratégie plus « fine » permet de maîtriser les charges et le temps de travail, pour une efficacité certes moindre mais tout à fait acceptable. Plutôt que sortir l’artillerie lourde, en plein dès le premier passage, on envoie les commandos pour une action ciblé, en prélevée sur le rang uniquement. Seul le second passage est réalisé en plein, en postlevée. Arvalis a établi que l’efficacité de cette option sur le rang est équivalente aux stratégies « tout chimique, tout en plein ». Sur l’inter-rang, elle est un peu moins opérante, mais son niveau d’efficacité reste satisfaisant avec des économies d’intrants, de carburant et de temps à la clef, sans compter un IFT plus favorable (1.1 ou lieu de 1.5 à 1.7 pour deux passages en plein).

Désherbage chimique et mécanique ? La stratégie mixte plus convaincante

Tracteur_champ de maïs

Les instituts de recherche ont intensifié leurs efforts pour trouver la combinaison de désherbage mixte gagnante. L’enjeu : l’efficacité sur le rang, puisque le binage s’avère presque aussi efficace sur l’inter-rang que deux passages en plein. La stratégie la plus opérante est « postlevée » et combine deux binages, précédés par un passage de pulvérisateur en plein. Il détruit les premières levées sur le rang et l’inter-rang. La deuxième série de levées sur le rang devra être concurrencées par la croissance du maïs. Le calendrier a donc toute son importance. Un choix opportun assure une efficacité suffisante sur le rang, sans préjudice important pour la culture.

Phytos : comment se passer du bromoxynil ?

C’était annoncé, 2021 sonne le glas pour le bromoxynil. Au-delà du 17 septembre, aucune utilisation ni aucun stock ne seront autorisés, pour cette substance active qui a perdu son autorisation de mise sur le marché. La disparition de ce produit dit « de renfort » impacte la lutte contre les dicotylédones coriaces : Mercuriale, renouées, gaillet, pensée et Véronique. L’emploi de molécules de substitution appelle une grande vigilance sur le stade de traitement. La précocité devient déterminante ! Entre 2 et 4 feuilles pour la mercuriale, avant trois feuilles pour les renouées (voir en prélevée en cas de forte pression).  Il est aussi conseillé d’agir en prélevée pour la Véronique, ou en post-levée très précoce.

Retrouvez le détail des produits de substitutions en sélectionnant la fiche de votre région sur : Variétés et traitements maïs : résultats d’essais et préconisations (arvalis-infos.fr) 

Intégrer les restrictions pour le Prosulfuron et le S-Métolachlore

  • Prosulfuron – contrainte de temps : La protection des eaux souterraines impose désormais de limiter l’emploi du prosulfuron à 20g/ha, tous les trois ans, sur une même parcelle.
  • S-Métolachlore – contrainte d’espace : Les recommandations d’emploi pour le S-Métolachlore se veulent aussi plus restrictives. Elles excluent les applications sur les aires d’alimentation de captage et sur les zones sensibles. Elles encouragent les applications en post-levée précoce ou, à défaut, en prélevée, mais sur le rang uniquement.

Intensifier la lutte préventive contre la Datura

C’est une adventice qui fait trembler et que l’on risque fort de voir évoquée chaque année dans les actualités sur le désherbage du maïs. La toxicité de la datura en fait une ennemie de premier plan. Sa présence appelle la plus grande vigilance et les discussions se poursuivent à l’échelon européen, pour étendre aux stocks de grains en sortie de silos (y-compris le maïs grain), la réglementation sur les quantités maximales autorisées.

Ces nouvelles contraintes pour le maïs sont annoncées pour 2022. L’anticipation des bonnes pratiques est dont fortement recommandée :

  • Surveillance et arrachage manuel (début d’infestation)
    • Broyage et traitement dirigé en cas de forte pression
    • Propreté des parcelles moissonnées précocement
    • Un positionnement adapté des opérations de désherbage : stratégie de double passage pour les levées échelonnées et une bonne efficacité aux stades précoces.

> Cet article peut également vous intéresser : « Interdiction du glyphosate : des pistes pour maîtriser ses couverts permanents »