29 juin 2021
Partager l'article :

Désherbage des grandes cultures : les robots, une solution d’avenir ?

Par l'équipe de rédaction Aladin, Publié il y a 4 mois à 17h06
Robots désherbants

En grandes cultures, la lutte contre les adventices devient de plus en plus difficile : intensification des aléas climatiques, résistances aux herbicides, érosion de leur efficacité, retrait d’AMM…En parallèle, les pratiques évoluent, davantage orientées agroécologie, et appellent à diversifier les techniques. Si l’offre est déjà développée en maraîchage et cultures spéciales, ces robots de désherbage arrivent en grandes cultures s’avèrent une piste intéressante pour répondre à ces enjeux. Présentation de quelques-uns d’entre eux, prototypes ou déjà commercialisés en France.

Sommaire

  • Le robot SentiV, un assistant pour surveiller ses parcelles
  • Dino, axé désherbage mécanique
  • BlueBob, un prototype qui utilise la plateforme de Dino
  • FarmDroïd FS20, semeur et bineur à la fois
  • Avo, pour du traitement localisé
  • Désherbage mécanique et chimique, entre autres, avec Robotti
  • Un avenir prometteur

Le robot SentiV, un assistant pour surveiller ses parcelles

Depuis 2018, la société française Meropy développe un « scouting robot », SentiV . Telle une sentinelle, il sillonne les parcelles de grandes cultures pour y détecter d’éventuels bioagresseurs, comme les maladies ou les adventices, ainsi que les besoins en azote. Grâce à un système de roues en rayon enjambeuses et un poids léger (10 kg), il évite la détérioration à la fois des cultures et du sol. Avec une autonomie de 12h, il peut parcourir jusqu’à 20 hectares par jour. L’agriculteur peut alors piloter et ajuster les interventions sur ses parcelles à partir des informations relevées.

Dino, axé désherbage mécanique

Créée en 2011, Naïo Technologies, start-up française, propose aujourd’hui trois robots de désherbage : Ted pour la viticulture, Oz pour la maraîchage et Dino pour les légumes. Ce dernier a fait récemment l’objet d’expérimentations par Arvalis (blé et orges de printemps) ainsi que la coopérative Dijon Céréales afin de déterminer s’il peut s’adapter en grandes cultures. Côté fonctionnement, il se déplace à l’aide d’une balise GPS Rtk, grâce à une cartographie de la parcelle enregistrée lors du semis. Sous le robot, des caméras Rgb permettent de guider avec précision la barre d’outil dans le rang et l’interrang. 100 % électrique, il dispose d’une autonomie annoncée jusqu’à 8 heures (en conditions optimales), avec une vitesse jusqu’à 4 km/ha. Selon les essais conduits en grandes cultures, son faible débit de chantier (1 à 1,5 hectare par jour) représente un frein important pour une utilisation optimale dans ce secteur, face à un coût élevé du matériel. Un robot qui donc reste adapté pour sa fonction première, le désherbage des légumes, à de nombreux niveaux : qualité du travail, maniabilité, guidage…

BlueBob, un prototype qui utilise la plateforme de Dino

En septembre 2020, le semencier Deleplanque présentait son pré-prototype de robot bineur en betteraves sucrières, Bluebob , en partenariat avec Naïo Technologie et Fraunhoffer, institut de recherche allemand. Comme Dino, Bluebob est guidé par GPS Rtk, avec une vitesse maximale de 4 km/h et une autonomie de 8 h. Il est équipé de caméras multispectrales sur chaque rang, permettant de repérer immédiatement les adventices dès le stade cotylédons et de les distinguer de la culture. Après analyse des images obtenues en temps réel, les couteaux de binage sont actionnés sur et entre les rangs si nécessaire. Le prototype finalisé devait être testé ce printemps 2021, pour une production de la pré-série en 2022. L’objectif ? une commercialisation en 2023.

FarmDroïd FS20, semeur et bineur à la fois

Déjà présent dans de nombreux pays du Nord de l’Europe, FarmDroïd FD20 (Danemark) est désormais distribué en France depuis fin 2020 exclusivement par Stecomat. Il est destiné au désherbage de grandes cultures comme la betterave sucrière et le colza et de cultures maraîchères (oignons, herbes aromatiques, épinards, chou frisé, fleurs, persil). Sa particularité : il s’appuie uniquement sur la technologie GPS haute précision pour désherber, la position de chaque graine de la culture ayant été enregistrée lors du semis. Il réalise alors un binage dans l’interrang mais aussi sur le rang grâce à un bras qui effectue un va-et-vient latéral permettant d’éviter les plantes. Totalement autonome, ce robot peut travailler en continu grâce à des batteries rechargées par les 4 panneaux solaires installés sur la plateforme.

Avo, pour du traitement localisé

D’origine suisse, ecoRobotix propose un robot de désherbage, qui allie à la fois détection et traitement. Piloté depuis un smartphone ou une tablette, Avo est équipé de panneaux photovoltaïques et de batteries rechargeables, qui lui permettent de fonctionner en toute autonomie. Pour le moment, il est adapté aux désherbage grandes cultures (betteraves sucrières et colza), au maraîchage de plein champ (haricots) ainsi que pour la lutte contre les vivaces dans les prairies et les intercultures. Grâce à un système de caméras, il repère les adventices dans et entre les rangs, sur lesquelles est vaporisée une micro-dose d’herbicides par l’une des 52 buses de la rampe de pulvérisation. Selon les informations fournies par la société, cette haute précision permet une réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires jusque 95 %. Côté débit de chantier, il peut traiter jusqu’à 10 hectares par jour selon le niveau d’ensoleillement, la recharge de la batterie et les conditions de la parcelle.

Désherbage mécanique et chimique, entre autres, avec Robotti

Robotti , de la marque danoise AgroIntelli, est un robot porte-outil : grâce à un relevage standard 3 points, il permet d’y installer de nombreux outils déjà présents sur le marché, jusqu’à 3 mètres de large. Le grand modèle 150D, plutôt adapté aux travaux de grandes cultures, est équipé de deux moteurs diesel de 75 CV. L’un pour la propulsion, le second pour la prise de force et le système hydraulique externe. Après intégration de la cartographie de la parcelle et paramétrage de l’intervention (type d’outils, largeur, demi-tours…), Robotti se déplace à la vitesse de 8 km/h selon un sytème GPS Rtk avec une précision de 2 cm.

Les robots désherbants, un avenir prometteur pour les grandes cultures

Les robots de désherbage se développent en grandes cultures et suscitent d’autant plus d’intérêt qu’ils peuvent répondre aux objectifs Ecophyto de réduction des produits phytosanitaires. C’est ainsi qu’est né le Challenge Rose proposé par les ministères de l’Agriculture et de la Transition Ecologique et le ministère de la Recherche. Il vise à mobiliser scientifiques et industriels pour mettre au point des solutions technologiques innovantes dans ce domaine. Ou encore le projet « Robotique et numérique, des innovations pour la réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques » de l’établissement agricole de Vesoul retenu comme lauréat de l’appel à projet national 2016 du plan Ecophyto II.
De nouveaux matériels qui ont donc l’avenir devant eux !