09 décembre 2019
Partager l'article :

Désherbage sans glyphosate : 4 alternatives passées à la loupe

Avec l’interdiction prochaine du glyphosate, plusieurs solutions alternatives émergent. Tour d’horizon des avantages et inconvénients de ces nouvelles technologies.
Par Paul Renaud, Publié il y a 1 an à 17h12

Si le travail du sol reste la première réponse à l’interdiction du glyphosate, d’autres alternatives pourraient s’offrir aux agriculteurs à une échéance plus ou moins longue. Désherbage thermique, électrique ou micro-onde sont susceptibles d’intéresser les adeptes de l’agriculture de conservation des sols qui ont dit adieu à la charrue. Mais ces solutions doivent encore prouver leur innocuité sur la vie du sol, faute de quoi elles n’offriront qu’un maigre avantage au retournement du sol. D’autant plus qu’elles sont décriées pour leur consommation d’énergie fossile. Autre alternative, le désherbage par des molécules naturels pourrait s’avérer une solution payante.

Désherbage électrique : une réussite variable

Produire un courant électrique qui traverse la plante jusque dans la racine. C’est le principe du désherbage électrique. En France, cette technologie devrait être accessible dès l’an prochain via le modèle X-Power de l’entreprise Zasso. Le concept de cette machine repose sur deux applicateurs positifs et un applicateur négatif au contact des végétaux. L’électricité est produite par une génératrice située à l’arrière du tracteur et alimentée par la prise de force. Selon Arvalis qui a pu tester la machine, la réussite dépend des conditions d’applications. Lors des essais par temps sec, soit les conditions optimales pour le désherbage électrique, la vie du sol n’était pas impactée.

Désherbage thermique : 1200 °C pour détruire les adventices

Cette méthode existe depuis de nombreuses années, mais peine à s’imposer dans le paysage agricole. Le faible débit de chantier et la forte consommation d’énergie fossile sont les arguments avancés par ses détracteurs. Mais, l’interdiction prochaine du glyphosate pourrait bien faire changer la donne. La société Ecomulch a présenté lors des éditions 2019 des salons Innov-Agri et Tech&Bio un concept de brûleur adaptable sur un châssis multi-usages (binage, semis, etc …). Le combustible provient d’une bonbonne de gaz située à l’avant du tracteur. A la sortie des brûleurs, une flamme bleue à 1200°C détruit les adventices.

© Paul Renaud

Désherbage micro-onde : efficace, mais attention à la vie du sol

Le désherbage via la technologie des micro-ondes s’apparente en quelque sorte au traitement thermique. Il consiste à faire chauffer l’eau à l’intérieur des cellules de la plante pour les faire exploser. Les machines permettant ce type d’application sont encore peu nombreuses. En Australie, le Docteur Graham Brodies de l’université de Melbourne, a mis au point un prototype pour les grandes cultures. Selon lui, cette machine fonctionne même par temps humide. Elle élimine les adventices mais également les graines dormantes sur 5 cm de profondeur. A noter que les autres formes de vie du sol sont également impactées sur cet horizon.

En Europe c’est la société Eleos Robot qui développe un robot pour le désherbage micro-onde notamment pour le secteur de la vigne. Contrairement au prototype australien, ce modèle a une action ciblée via un bras articulé qui se positionne sur l’adventice après reconnaissance vidéo.

Radulanine A : une solution de biocontrôle

Si les trois solutions précédentes impliquent de nouvelles machines, les pulvérisateurs ne doivent pas être remisés pour autant. Une solution de biocontrôle pour le désherbage pourrait voir le jour dans les années à venir. Il s’agit d’une molécule intitulée Radulanine A. Son caractère phytotoxique a été mis en évidence par des chercheurs du CNRS, de Polytechnique et de l’université de la Sorbonne qui ont réussi à la synthétiser. En plaçant la Radulanine A dans le substrat de plantules d’adventices avec une dose proche de celle du glyphosate, ils ont réussi à les faire jaunir puis mourir. Cette molécule naturelle a été découverte dans des mousses qui l’utiliseraient dans leur compétition avec les autres espèces végétales.

Buse verte XR Teejet 80 015, adaptée à la pulvérisation bas-volume. Matériel agricole pour le traitement des cultures. © C.Gloria